Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 20:40

 

 

 

 

 

4/5

Un magnifique film que j'ai adoré pour ce samedi soir en solo, c'est plein d'émotion, c'est triste et bouleversant, c'est la triste histoire des hommes qui ont peur d'évoluer avec leur société.

 

Il va m'être difficile de vous convaincre de le regarder sans dévoiler l'histoire, le thème est dans l'air du temps tout particulièrement ce week end.

 

C'est l'histoire de l'absurdité cruelle.

 

L'interprétation des trois héros est tout en émotion, je suis étonnée de ne pas avoir entendu plus parler de ce film qui date de l'an dernier...ah oui, il n'y a ni Jean Dujardin, ni Gad El Maleh, ni Dany Boon...ça doit être pour ça !

Any Day now
Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 19:36
Trocadero, le naufrage

Tu sais, je me connais bien, je sais que je suis emportée et que je dois me défier parfois de mes excès de passion, alors sur la tendresse ou la tristesse je publie sur l'émotion mais sur la colère j'attends d'avoir pu vérifier que je ne me fais pas manipuler...

Souvent, même si ce décalage avec l'actualité rend parfois mon écrit passé de mode, j'écris sur l'émotion mais j'attends pour publier d'avoir digéré l'information ou l’évènement avant de m'exprimer ici.

Sauf que...sauf que dans ma vie depuis 34 ans maintenant, il y a une Bibiche, mon amie, ma complice, qu'elle est en diapositive le reflet de ma personnalité, aussi raisonnable que je suis emportée, aussi sobre que je suis exubérante, aussi placide que je suis bouillonnante...

Celle avec qui je partage tout, celle dont la voix est toujours en écho dans mon oreille car il ne se passe guère de jours sans que l'on ne s'appelle pour tout et rien, la seule qui communique encore avec moi sur Whatsapp, la seule iPhoneuse avec qui je skype...

Et presque tous les jours comme devant un café on se raconte, on se déballe, la dernière paire de bottes remportée de haute lutte en vente privée, nos chicanes conjugales, des nouvelles d'outre tombe de l'une de nous (des anciennes de notre école à Cannes, ou des clients de l'hôtel de ses parents), nos exaspérations filiales, une recette, un film, un pièce, une marque de sous vêtement, un article de presse...une lettre à écrire bref tout.

Ma Bibiche, elle est de toutes mes histoires et je suis des siennes et comme on est des âmes soeurs on a dans notre vie chacune un lorrain taciturne.

Mais Bibiche, elle est partie à Paris après la Fac, pour faire carrière dans la finance et y a aussi fondé une famille donc on se voit plusieurs fois par an...évidemment mais l'essentiel de nos conversations sont à distance avec toujours autant de saveur.

Aussi hier quand j'ai vu les infos sur la super fête du PSG au Trocadero, je n'ai pensé qu'à ma Bibiche et sa famille; parce qu'elle habite au début de l'avenue Victor Hugo et que les enfants vont à l'école près du Trocadero.

Comme à son habitude, elle m'a relaté les faits avec pragmatisme, la grande en sortant de l'école s'est attardée quelques minutes sur le Trocadero pour voir comment ça se passait mais comme sa mère est un Dragon, elle est vite rentrée à la maison, le petit était déjà rentré et c'est entre goûter et devoirs que Bibiche et sa cannoise de Maman ont vu les choses se dérouler... dans leur avenue à l'instar de chacune de celles qui partent de l'étoile.

D'abord comme un défilé, une sorte de manifestation un peu bruyante, puis les premières cagoules sont arrivées et là elles se sont rendues compte que c'était un peu différent.

Un groupe important s'est massé devant la porte cochère de l'immeuble de Bibiche et a commencé à cogner de plus en plus violemment en hurlant, dans la rue c'est l'émeute, des voitures en feu, des vitrine brisées, des hommes dissimulés et armés de feux d'artifice déferlent dans la fumée et les cris sans que rien ne les arrête.

Bibiche qui habite au premier étage ressent jusqu'aux vibrations des coups portés contre la lourde porte en bois de l'entrée, allant de sa propre porte palière aux fenêtres de son salon, elle surveille et lorsque l'attroupement disparaît du trottoir comme absorbé par le mur de façade de l'immeuble, elle attrape son téléphone et appelle le 17...en vain...parce que personne ne répond...

Elle entend des bruits sourds, des hurlements, du verre brisé, son imagination est en marche, visionnant chaque étape entre la porte cochère et sa porte palière..;et toujours personne pour lui répondre au 17...

Au bout de longues minutes, le bruit reflue doucement et finalement elle comprend que la porte cochère a tenu le coup; qu'ils se sont retournés contre le magasin de bijoux qui a remplacé celui d'Artus Bertrant, qu'une fois tout saccagé, tout pillé, ils sont allés plus loin porter leur néant.

Moi ce que j'en retire, tu vois, c'est que si ma Bibiche était un peu plus coulante, la grande se serait peut être attardée et aurait été coincée dans la cohue, que ma Bibiche, elle n'aurait pas sa fille fille de 16 ans dans la rue avec des barbares, elle serait descendue la chercher en laissant sa mère et son fils à la maison... qu'à supposer que la grande n'ai pas été blessée au Trocadero, qu'elles auraient pu croiser des malfaisants, qu'ils auraient pu arriver sur elles au moment où elles rentraient dans l'immeuble, enfin toutes sortes de choses qui m'ont glacée le sang !

Tout ça n'est pas arrivé, pour des détails, la grande est rentrée à temps et la horde sauvage et vociférante n'a pu mettre par terre la porte d'entrée, elles sont saines et sauves ma Bibiche et sa fille...

Parce que n'importe qui aurait compris qu'en évacuant de force la zone du Trocadero, ces bêtes sauvages auraient envahi sans obstacle les artères principales menant à l'étoile pour s'attaquer aux Champs en dévastant sur leur passage, les grandes avenues laissées seules face à la horde !

Qu'on ne me parle pas de sport, parlons de notre République incapable de garantir l'ordre public jusqu'aux abords de ses palais !

Vous voyez Monsieur le Maire qui vous enorgueillissez de votre Paris Plage, de vos couloirs de bus et de vos Velib, vous n'étiez pas là pour eux... oui oui je sais, il y a un maire par arrondissement...c'est pas moi c'est l'autre le sport national français...

Et vous Monsieur le Préfet de Police de Paris, vous estimez que tout était pour le mieux...quelques bousculades a t'on dit, c'était ça votre plan de bataille contre ces sauvages ?

Et vous Monsieur le Ministre de l'Intérieur, où étiez vous hier soir ? Vous n'y êtes pour rien, l'opposition n'aurait pas fait mieux ? On crée une commission d'enquête...une de plus ?

Quand à vous Monsieur le Président de la République aux abonnés absents comme d'habitude? Où êtiez vous quand Paris brûlait ?

L'image de ce car de touristes pris d'assaut pas les casseurs et dont la soute a été pillée sans difficulté fera le tour de l'Europe, peut être du monde et c'est l'image d'un naufrage, VOTRE NAUFRAGE !

Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 12:50

Il faut bien réagir, car l’institution de notre justice est en train de subir les attaques de quelques factieux gênés aux entournures par ce pouvoir qui est sensé mettre au pas de l’égalité devant la Loi, les désirs d’hégémonies de nos nobles tribuns !

Alors les avocats sont des pourris qui offrent leurs compétences aux plus offrants, des sortes de mercenaires sans foi, ni loi qui prostitueraient leur travail pour une assiette de lentilles…

Ma colère est si grande que je préfère la taire quelques temps avant d’écrire et de publier des mots irrémédiables mais permets moi de te rappeler qu’ils sont tellement peu dans les intrigues de palais, que leur profession, la vraie pas celle au papier entête semblable à un annuaire, depuis 20 ans est rongée tant dans son périmètre et dans sa spécificité, il n’est de cesse que de permettre à tous ceux qui ont approché de près ou de loin un service juridique d’accéder à cette noble profession.

Quand il y a quelques 20 ans je suis rentrée dans cette profession, pour me donner le "La " de ce que serait l’avenir de mon job, on a fait rentrer par légions, des thésards dont certains étaient des thésards à deux balles (thèse en 2 ans avec des sujets plus qu’exotiques) mais aussi des jeunes stagiaires conseillers juridiques, au mieux des pisse-copie, au pire ayant acheté leur enregistrement sur la liste de ces conseils juridiques stagiaires…

Puis les fonctionnaires et employés de bureau au service exclusif pendant 10 ans d’un service juridiques, puis les avoués, puis dernièrement les parlementaires (là il faudra remettre l’ouvrage sur le métier)

Les experts comptables et les notaires n’ont de cesse que de grignoter notre pré-carré et nous serions des intrigants au service d’intérêts particuliers ferments de toutes les compromissions et de toutes les collusions ? Tellement pourris qu'ils faudrait nous exclure du rangs des impétrants législateurs ???

Nous si mal représenté et si mal défendus...c;est une plaisanterie sans doute ?

Je suis en colère que tu laisses dire ça toi que j’ai réconforté, consolé, protégé tant fois, au coeur de la nuit, au milieu de mes congés pendant un repas de famille bravant les gros yeux des miens…sans attendre aucune rémunération pas même l’indigne rétribution de l’aide juridictionnelle, parce que souvent c’est trop compliqué dans certaines situation d’isolement ou d’urgence, toi dont mon petit labeur a changé le cours de sa vie vers un mieux, toi que j’ai défendu de toutes mes forces, bravant parfois l’ordre qu’il m’avait été fait de me taire !

Mais ça, on est habitué, on a le dos large nous autres les avocats nantis (soupir), enfin moi j’ai quitté cette route…

En revanche j’ai le souvenir durant ces 20 années d’avoir souvent croisé, et parfois bataillé avec des magistrats d’exception.

Celui là, lorsque j’étais bébé-avocat qui faisait finir l’appel des causes d’instance au milieu de la nuit tant il était précautionneux des explications qu’il donnait à chaque justiciable non assisté, outrepassant certainement sa mission mais parce qu’il avait de la considération pour ce justiciable démunis et parfois roublard ;

Celle-là que j’ai croisée dans tant de juridiction que je ne saurais résumer ici l’essentiel de son intervention, mais qui présidait son audience en ayant une connaissance parfaite de chaque espèce, de chaque argumentaire et savait te poser des questions là où ça faisait mal ;

Celui-là qui semblait sortir tout droit des ronds de cuir de la IIIème république mais qui décennies après décennies avait maintenu le cap et croyait dans sa mission auprès des enfants debout comme il sied à sa fonction ;

Lui, mon pote de rando, entre autres, juge d’instruction minutieux et JAP inflexible gros bosseur qui allait recharger son humanité dans le silence d’ashrams et de monastères pour oublier aussi le tumulte de sa fonction ;

Ma complice de natation et sa silhouette longiligne imperturbable, dans la tenue de ses audiences, une de celles qui tenait ses dates de délibérés coute que coute, ses delibéres que tu attends avec tant d'impatience ;

Celle-là, à la famille ou aux enfants, si humaine malgré son pragmatisme redoutable qui a vu plus d’une fois mon émotion poindre aux bords des yeux, tellement ce que je décrivais était odieux ;

Celui-là qui malgré des années à présider la correctionnelle laissait Parquet et Barreau s’empoigner avec impartialité…

Ce magistrat admirable, homme orchestre rencontré à la barre de Béziers dont l’ampleur des diverses casquettes m’a effrayée à une époque ou je pensais essayer de rallier cet autre corps de la Justice…

Celle-ci qui connait tant la matière indemnitaire que de plaider devant elle s’apparentait plus à une aimable conversation, toujours à l’écoute et disponible, elle faisait œuvre de modernisme dès qu’elle le pouvait ;

Ces juges d’instructions qui sous le joug de la lourde procédure pénale laissent leur porte grande ouverte aux auxiliaires de justices que nous sommes, interrompant à chaque fois le fil de leur réflexion à laquelle tient retenue par un fil, la liberté et l'honneur d’un homme, j’en ai connu d’exceptionnels.

Mon amie, une des premières dans cette profession qui a migré vers la magistrature après 9 ans d’exercice au service de la défense, celle qui prend tant de temps à motiver ses décisions que sa vie de couple et de famille se réduit à la portion congrue de sa vie ;

Et tant d’autres encore, je pourrais y passer mon samedi à énumérer ces ombres.

Tu les vois ces magistrats là qui ont parsemé ma vie professionnelle, non tu ne les vois pas parce qu’ils ont la tête dans le guidon, ils sont loin des flonflons de la chancellerie et des flashs des medias, c’est eux et nous qui tenons à bout de bras tes libertés brave quidam !

Et curieusement, c’est finalement dans ces juridictions d’exception, Tribunal de Commerce ou Conseils des Prud’hommes où nul magistrat professionnel ne siège que l’on rencontre le plus de condescendance et de cynisme, où l’on est traité comme du bétail

La presse en mal de sensation a fondu comme une charogne sur l’un d’eux qui tweetait sans nom et sans visage, pour te faire appréhender concrètement son quotidien, cet univers oscillant entre Tati et Ubu…et là qu’est-ce que j’apprends l’organe représentatif de certains d’entre eux affiche un mur de la honte, un mur des cons où ils épinglent ceux qui ont la mauvais idée de ne pas partager les leurs…

On a tous un jour ou l’autre eu envie de dégainer l’agacement meurtrier et de stigmatiser des paroles ignorantes, c’est humain !

Ça devient minable quand c’est institutionnalisé par un syndicat mais pour autant, te crois-tu autorisé, toi le parlementaire qui murmure à l’oreille des lobbyistes, toi le grand reporter des salles de maquillage, à jeter l’opprobre sur tout une institution qui assume avec très peu de moyen la plus noble des missions ?

Parce que ces métiers usent la philanthropie, parce qu’il faut souvent se réfugier dans la parodie pour évacuer le tir groupé des récriminations, parce que nous sommes des hommes et des femmes, parce que là aussi il y a des cons comme, dans ta famille, comme dans tes voisins, comme dans tes collègues, prends garde de n’être instrumentalisés par les «Cols Blancs» qui verraient tout intérêts à te faire quitter l’ombre du chêne séculaire pour l’agora du népotisme et des petits arrangements entre amis.

Alors oui, leur mur des cons est la fierté de médiocres minables mais il n’est qu’une petite péripétie face à la détermination du serment donné des autres.

Je suis certainement un incorrigible idéaliste et tant mieux.

Leur mur des cons contre notre Semper Fidelis

Ton mur des cons contre notre Semper fidelis
Repost 0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 12:46
 

                         coeur-brise-copie-1.jpg

Tu auras peut être noté lecteur, suiveur ou amis que je ne me suis pas exprimée ou très peu sur le net, pas parce que je n’ai pas d’avis ou parce que je serais hésitante mais parce que je suis blessée.


Et par qui je suis blessée ?

 

Pas par ceux qui ne sont pas du même avis que moi, mais par ceux qui partagent mes valeurs et ma vision du futur et ça, ça fait mal, très mal.


Parce que vois-tu, je suis pour le mariage pour tous.

 

Parce que j’estime que tu ne peux dénier le droit à autrui, de bénéficier du statut de couple marié, si par ailleurs la société profite de leur existence, de leur travail, de leur créativité, de leur intelligence, de leurs émotions, ce sont nos frères, ils doivent avoir les mêmes droits que nous.


Je suis pour, pas uniquement parce que dans ma vie, il y a plein de petits loulous qui s’aiment sans considération de leur identité sexuelle, que je les aime et que je veux qu'ils aient les même droits que moi…


Mais aussi parce que je les aime, j’ai regardé plus loin que mes loulous et même ceux que je ne connais pas et que je n’aime pas spécialement, je veux qu'ils aient les mêmes droits que moi.

 

Pour ce mariage pour tous, je rejette toutes références à la naturalité, qui ne l’oublions pas, nous faisait manger de la viande à peine tuée, vivre près de nos déjections, pourris de parasites !


Je rejette encore plus la notion de norme qui dans son sens littéral et non galvaudé n’est que la moyenne de la masse !


C'est-à-dire que la norme des téléspectateurs regarde des émissions ridicules et avilissantes, de la télé poubelle, tu te conformes à la norme ?

La norme consomme de la merde toute prête vendue en grande distribution, tu nourris ta famille à coup de raviolis Buitoni ?

La norme écoute de la varietoche française, tu achètes les cd de Franck Michael ?

La norme ne se lave pas les dents après chaque repas et pas les mains au sortir des toilettes, tu as envie de piocher des chips ou des cacahouètes après elle ?

Alors tu continues à te réclamer de la norme ?


Non quand je dis que ce débat houleux de société m’a blessée, c’est dans mes propres rangs que j’ai trouvé la honte et l’insulte, parce que ne pas me reconnaître dans mes opposants c’est un postulat de départ, mais lire ou entendre dans mes rangs que l’on insulte l’opposant et parmi eux des gens qui ont des convictions qui ne sont pas basées sur la haine mais comme le mot l’indique sur ce qu’il croient, ce qu'ils ressentent, c’est insupportable !


Je t’entends, tu me dis qu'ils sont plus violents que nous…


Je n’ai jamais eu pour habitude de calquer mon comportement sur celui de mes antagonistes, je ne suis pas un caméléon !

 

C’est un handicap et parfois ça me rend la tache plus ardue mais à vaincre sans périls…tu connais la suite, ma tache n’en est que plus noble et ma victoire plus glorieuse sans honte pour une fin qui aurait justifié de vils moyens, oui je suis vaniteuse !


Alors oui, je ne suis pas d’accord avec eux mais pour autant ca me blesse qu’on les insultes, aussi parce que ceux que je fréquente, celui avec lequel je vis, ceux avec qui je suis amie ne m’insultent pas, ils respectent mon avis.


Parmi, ces opposant il y aussi des connards comme dans mes rangs !

 

J’ai entendu l’un deux vilipendant la famille classique (pas une famille contre le mariage gay) qui disparaîtra sous la pression sociale ou qui se cachera de honte, que cette famille est un symbole bourgeois décadent, que les femmes ne seront bientôt plus que des ventres, ou une autre disant que les hommes ne servent qu’en réservoir à gamètes et que le temps est venus pour qu’à leur tour ils soient opprimés…


Et alors est-ce à dire que tous ceux qui pensent comme moi sont des connards, des fanatiques qui veulent mettre un terme à l’hétérosexualité ou en tout cas la mettre sous tutelle comme on le ferait d’une minorité en voie de disparition ?


Non et pourtant, il y en a qui le pense et je me démarque d’eux même si tout comme eux, je veux que tous puissent se marier !


Que l’on fasse l’amalgame, entre les contre et l'homophobie, ça me blesse tout autant que l’on fasse celui de l’homosexualité et de la pédophilie.


Que l’on fasse l’amalgame entre les catholiques et l'homophobie ça me blesse, parce que les autres confessions se taisent mais n’en pense pas moins et puis parce qu’il ne faudrait pas être taxé d’islamophobe, ni d’antisémites !


C’est ainsi que l’on voit se dessiner une hiérarchie dans les vilenies sociétales !


En tenant du titre toutes catégories, l’antisémite, talonné de près par l’islamophobe et loin derrière l’homophobe la vilenie qui émerge dépassant totalement et de beaucoup ceux qui maltraitent enfants et animaux, les pollueurs, les affameurs… oui c’est de l’humour mais pas que !


Que l’on fasse l’amalgame entre la droite bourgeoise et les homophobes, ça me blesse parce que l’étroitesse d’esprit est loin, très loin d’être l’apanage d’une classe sociale qui vote à droite, comme toutes les vilenies, elle touche toutes les classes sociales et intellectuelles et finalement c’est la découverte d’autrui et la réflexion qui sauvera la fraternité des hommes.


Tout ça me blesse, parce que finalement si je vous écoute mes frères partisans du mariage gay, j’aurais du faire partie du nombre de vos opposants !

 

J’aurais même du être une des pires !

 

Mais cette éducation que vous conspuez, a fait de moi un être d’empathie et de compassion, ça me blesse parce que ceux qui ne pense pas comme moi et que je côtoie ne sont pas les immondes salopards que vous décrivez, ça me blesse parce que lorsqu’on les insulte, dans leurs regards je lis " tu vois, c’est ça ta liberté et la mienne ?"


Ne viens pas me parler d’égalité, je sais ce qu’est l’égalité et surtout l’égalité des droits…je suis une femme et en plus je suis une juriste !


Oui je veux que tout le monde ait les mêmes droits et je milite en faveur du mariage gay mais ne leur reproche pas de vouloir maintenir une inégalité civile alors que c’est un des socles de nos règles sociales auxquelles tu adhères quotidiennement !


Tu ne peux pas être garde républicain tu mesures moins d’1,70m pourquoi ça te rend moins bon cavalier ou moins bon militaire ?

Tu ne peux pas passer tel concours administratif tu as plus de 40 ans, pourquoi ça te rend moins bon professionnel ?

Tu ne peux pas devenir président de la république, tu n’as pas la nationalité du pays…

Tu ne peux pas compter sur la solidarité de tes concitoyens actifs alors qu’eux ont pu compter sur la tienne, tu es profession libérale ou auto-entrepreneur…


Il y a plein d’autres exemples, je n’ai pas le temps de les énumérer.


C'était juste pour te rappeler qu’il est ici surtout question d’équité et non d’égalité et l’équité n’est pas une notion prise en considération par notre droit alors ne les jette pas en pâture à l’opprobre publique pour une notion que jamais notre code civil ne reconnaîtra, l’équité !


Tu dis que ma modération est contre-productive et que ça n’est pas comme ça que l’on gagne une guerre mais ça n’est pas la guerre que je veux gagner pour vous, c’est la paix que je veux gagner pour vous.


Ce qui est certainement contre-productif c’est qu'à force de vilipender vos opposants, vous les avez galvanisés et je ne parle pas de ceux qui défilent à Paris mais de ceux qui murmurent en coulisses à force de les montrer du doigt, ceux qui se regroupent…

Vous avez gonflé leurs rangs, en faisant peur aux hésitants, ceux qui n’avaient pas vraiment d’avis, qui ne connaissent personne de fondamentalement concerné et qui du coup n’avait pas réfléchi à la question, ceux qui ont lu les écriteaux des manifestants et qui n’ont finalement retenus que vos insultes parce qu’ils ne vous connaissent pas.

J’espère que MON mariage pour tous, celui auquel je suis tant attachée, celui que j’attends et j’appelle de toute mes voeux reconciliera quand me^me la terre des hommes, que celui là ne va pas faire le lit des extrémismes les plus violents, car comme tu le sais lecteur, il vaut mieux éduquer que réprimer, communiquer qu’insulter.

 

Parce qu'il y aura un après et qu'il faudra bien vivre ensemble !

 

Ici, chez nous on n’est pas d’accord sur la question, on essaie régulièrement de rallier l’autre, ça ne marche pas, pas encore peut être, mais pour autant c’est son avis et le fait qu’il soit différend du mien ne le rend pas moins légitime…

 

Alors tais toi, tu fais honte à ma cause avec tes panneaux d’insultes et tes amalgames bidons, les leurs ne m'interessent pas, je ne partage pas leur cause et je ne suis pas leur bannière !

 

Comment je peux dire aux autres maintenant, je veux que tout le monde puisse s’exprimer si les miens refusent l’expression de l’antagonisme ?

 

Tu n'es pas content de ce que tu as lu, tu me trouves mièvre et utopique, tout va bien, je te trouve malhonnête et vulgaire et pourtant je milite à tes côtés mais selon mes valeurs !


C'est comme ça et je ne changerais pas pour toi, ni pour eux ! 

 

En attendant je rêve de pleurer d'émotion aux mariages de tous mes loulous, parce que je pleure toujours aux mariages et qu'au tien ça sera pire encore (mon complice de FT)

 

Repost 0
mademoisellepioupiou - dans Société
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 22:16

 

                     coeur-brise.jpg

 

 

Oh mais dis donc ça s'agite sur ma timeline et sur le mur d'actualité Facebook !

 

Tes petits secrets entre amis vont être révélés à tous ?

 

Panique à bord ! T'en as toi des petits et grands secrets que tu ne voudrais pas voir exposés au public ?

 

Qui n'en a pas, ça va de ton numéro de téléphone personnel à des échanges un peu grivois ou des commentaires sur ta copine...?

 

Facebook, il y a peu sollicitait de que ses abonnés remplissent un questionnaire sur l'utilité et le degré de confiance qu'ils avaient en ce site, c'est réussit !

 

Les distraits n'y prêteront pas garde, les organisés n'ont pas attendu ce bug pour effacer dès envoi ou déconnexion, les messages privés compromettant, entre les deux, la masse de ceux qui le coeur palpitant auront ouvert le compte et fouillé sur leur mur ou celui de leur âme soeur !

 

Bien sûr, il y aura quelques découvertes sur la qualité et sincérité de vos relations amicales mais ne soyons pas hypocrites, la plus grande partie des révélations concernera immanquablement la sphère amoureuse !

 

Cet échecs de confidentialité n'aura pas que des inconvénients mais certainement bien des avantages, passons les en revue :

 

1°) ça va booster l'activité des cabinets d'avocats spécialisé en matière de divorce ainsi que l'activité de tous ceux qui participent directement à l'acte de divorcer

- Le notaire

-les huissiers

Mais plus encore ;


2°) Les agences immobilières, il faudra bien trouver à reloger tout ces Don Juan épistolaires pris la main dans le sac ou dans le MP, ça va relancer le marché de l'immobilier !

 

3°) Les entreprises de déménagement car si dans un premier temps l'indélicat(e) se verra expédié avec son viatique dans un sac poubelle, il finira bien par venir réclamer sa moitié de communauté pour aller nicher ailleurs !

 

4°) Les agences de rencontres, le trahi se dira qu'il a bien mal choisit son partenaire et que désormais autant confier son destin amoureux à un algorithme tatillon qui saura choisir pour lui selon des critères objectifs et pas l'ombre d'un regard ou la couleur des sièges en cuir d'une voiture !


5°) les club de fitness car une fois la colère passée, le trahi ne manquera pas de remettre en question sa plastique et se lançant de nouveau sur le marché de l'amour, autant mettre toutes les chances de son côté.

 

6°) Les spécialistes de la beauté et de la chirurgie plastique pour les mêmes raisons sus énoncées 

 

7°) les ventes de chocolats et de glaces parce que quoi de plus réconfortant que de noyer sa déconvenue dans ces deux antidépresseurs naturels, affalés sur son canapé et enroulé dans un plaid ?

 

8°) la vente d'antidépresseurs et anxiolytiques en tous genres car si ta vie s'est grisée, les jolies pilules mauves, bleues ou autres te feront de nouveau voir la vie en rose !

 

9°) la vente de chaussures, de sacs à main et de technologies car disons-le, ce genre d'achats  refuges quand t'as pas le moral, c'est idéal !

 

10°) la vente de forfaits illimités parce que quoi de mieux que d'inonder ton répertoire de SMS et d'appels pour partager la découverte de ton infortune ou te réfugier dans les oreilles compatissante de ta Maman ?


11°) les salons de coiffure parce qu'il y a rien de mieux que de commencer pour changer de vie que changer de tête !

 

12°) les bars et les restaurants car une fois l'orage passé, on se remettra en quête d'idéal et si l'on en trouve là bas, au moins on en parle là bas !

 

Voilà au moins 12 secteurs d'activités qui vont vivre une embellie par ricochets à nos petits malheurs de vie privée !

 

Les génies de la macro économie, vous n'aviez pas prévu ça comme mécanisme de relance de la croissance ? La théorie du chaos, vous dis-je !

 

Vous me trouvez cynique ? c'est le meilleur paravent qui existe pour planquer sa compassion.

 

A toutes celles et ceux qui ont decouvert l'impensable, une fois que la peine aura fait son chemin, saches que tu viens de subir une épuration de ta communauté et que le territoire est désinfecté des parasites et vermines qui le peuplaient, alors souris, relève la tête et consomme !

Repost 0
mademoisellepioupiou - dans Société
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 15:46

Capture

 

Une histoire bien étrange dont j’ai été le malheureux témoin privilégié.

 

Une jeune femme en apparence douce et sérieuse, épouse et mère de famille accomplie, une femme active, un peu geek sur les bords, habituée à la navigation sur le net, adepte de la discrétion et de l’anonymat.

 

Une jeune femme, toujours prête à partager gentiment son savoir, à venir en aide aux pauvre newbies perdus dans le méandre d’un site communautaire.

 

Affable et drôle, mais installant toujours un peu de distance, de retenue entre ses interlocuteurs et elle.

 

Qui du jour au lendemain décide, parce qu’elle s’ennuie et pour sentir qu’elle existe, décide de jeter au vent des photos d’elle, d’une totale impudeur espérant capter l’attention des hommes qui ne la voit plus depuis trop longtemps.

 

Des photos qui pourraient permettre à son entourage proche de l’identifier dans cette présentation en pixel de ses activités les plus intimes, des mots de racolage qui choqueraient, les siens, ceux à qui elle montre son image si lisse et transparente.

 

Des photos et des mots captés, enregistrés, sauvegardés.

 

Au passage, elle alpague et rameute autour d’elle des hommes en couple dont elle essaie de détourner le regard vers sa transparence.

 

Semant certes le désir fugace mais aussi la dévastation derrière elle, parce qu’elle ne sait affronter ses propres démons et sa propre vacuité.

 

Est-ce là, être une femme moderne qui assume son individualité et les fantasmes de sa vie intime ?

 

Ou est-ce plutôt l’histoire d’une femme misérable qui choisit de ne pas prendre la voie de la dignité et de la droiture et de rompre avec sa pitoyable vie et d’assumer enfin ce qu’elle est et ce dont elle rêve.

 

La dématérialisation accrue des communications, des échanges de nos jours, fait reculer les limites que chaque individu se fixent, permet d’entrer dans une monde chimérique sans que l’on en prenne concrètement la responsabilité, fragmentant les valeurs de chacun.

 

Tout est permis derrière un pseudonyme et un avatar aguicheur, il ne suffit plus qu’à bien emballer et vendre ses pitoyables égarements pixellisés en attirant le chaland sur de poussives caresses du bout de petits doigts boudinés au vernis écaillé…

 

Mais finalement, cette grande liberté qu’offrent l’anonymat et la résonance avec la planète ne finit-elle pas par rendre d’avantage prisonnières, ces pauvre hères sournoises, incapables de prendre leur vie en main et se réfugiant dans la virtualité ?

 

Cette liberté enchaine, à un écran, un objectif, un clavier, un téléphone mais leur interdit à tout jamais de franchir le seuil vers la vraie vie des autres.

 

Je ne devrais avoir que pitié ou compassion pour celles-là, car elles sont inaptes au bonheur et au plaisir, condamnée à rêver, là où elles ne font plus rêver personne.

 

Mais qui suis-je ? Juste un témoin qui passe, moi qui n’ai pas le temps et qui marche toujours à visage découvert.

 

La vie m’a fait m’arrêter, entre deux battements de mon cœur, sur ces funestes et nauséabondes destinées pour reprendre un instant plus tard le cours de ma vie.

 

Internet n’oublie jamais rien, même celles que personne ne voit et qui essaient de rentrer dans la lumière, une lumière rouge, bannière des secrets d’alcôves fétides.

 

Passe ton chemin et retourne vers le territoire de tes ombres car il n’y a rien pour toi ici-bas.

 

Je ne voudrais jamais être de ces femmes en quête d’existence…ne laissant percevoir que la réalité altérée du mythe de la caverne, certains jardins secrets s’avèrent être des dépotoirs écœurants, loin des oiseaux et des pandas annoncés.

 

 

 

Repost 0
mademoisellepioupiou - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mademoisellepioupiou
  • Le blog de mademoisellepioupiou
  • : Du blabla, des moments de tendresse, des énervements, du soleil et surtout du bon vivre
  • Contact

Recherche