Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:08

-100/5

                                       Nous-York.jpg

 

 

L'affiche peut paraître alléchante mais ça n'est que de l'apparence, on est dans la technique de l'empilement de talents hétéroclites mais désassortis et cannibales entre eux, ça ne fonctionne pas, mais pas du tout !

 

Affligeant...je n'ai pas d'autre adjectif, il ne se passe rien, l'humour est absent et en dehors de quelques minutes avec Marthe Villalonga disséminés dans le film c'est un quintette d'autistes qui n'exprime rien contrairement au spectateur qui est pris d'une envie magistrale d'exprimer son ennui en s'arrachant les yeux et en se crevant les tympans.

 

Quand je pense au battage qui a été fait au moment de la sortie de ce film tombé heureusement depuis aux oubliettes ! Mais honte à vous d'avoir été si complaisant avec ce film, les avant premières pro ça n'est pas fait que pour s'exhiber; se rincer à l'oeil et repartir avec des portables et des tablettes tous neufs !


Mais comment on a pu oser nous bassiner avec autant de promo sur un film aussi bidon, il y a des artistes qui devraient vraiment se cantonner à ce qu'ils savent faire, parodier les autres !


 A fuir, limite toxique ça pourrait arriver à te dégouter de New York !

Repost 0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 12:11

Il y a quelque temps à l'occasion de tweets échangés avec ma copine @Roseur Suprême, on s'était dit que plein de choses nous faisaient nous entendre et nous ressembler et que pour autant nous étions, pour une facette au moins, chacune d'un côté du miroir...chacune d'un côté de la barre comme on pourrait le croire...

En fait ce qui nous rassemble, c'est la tendresse.

Pour le billet de @Roseur suprême, il faudra aller ici ou le lire à fin du mien, je publie avec son accord son ressenti de Maman solo au côté du mien, celui de Belle-mère sans papier. 

Je ne suis effectivement rien, ni personne, en tout cas pas la belle-mère sur le papier qui déclencherait tout autant votre ire maternelle...

Je ne suis rien, ni personne, juste celle qui s'occupe de vos enfants pendant que leur père va tenter de gagner sa vie et notamment de quoi assumer les conséquences dispendieuses de cette communauté passée...

Juste celle qui accumule tout au long de l'année des babioles dans les coffres de chacune pour que les vacances venues, elles aient de quoi colorier, coller, pailleter, peindre leurs matinées dans notre jardin...

Je ne suis personne, juste celle qui prend soin d'elles du petit déjeuner au coucher, celle auprès de qui, elles viennent trouver du réconfort quand quelque chose les tracasse...

Je ne suis personne, juste celle qui pendant les vacances fait tourner sa vie autour de leurs désirs et de leurs plaisirs sans oublier leur sécurité...

Je ne suis personne, juste celle qui écarte les haillons trop petits ou trop chauds pour habiller de froufrous colorés les jolies vacances au détriment de ses propres froufrous...

Je ne suis personne, juste celle qui attend toute l'année ce moment là, pour ses propres vacances...

Je ne suis personne, juste celle qui surveille quotidiennement les brosses à dent, le changement de sous vêtement, le brossage des cheveux...

Je ne suis personne, juste celle qui traîne au fond de ses poches de l'arnica, de l'homeoplasmine et l'apaisyl...et des bonbons.

Je ne suis personne, juste celle qui essaie de leur redonner confiance en elles quand elles ont du mal avec leurs exercices...

Je ne suis personne, juste celle qui jours après jours prends des coups de pieds dans l'estomac et le buste pour transmettre les bons mouvements pour nager...

Je ne suis personne, juste celle qui passe son été à pister, traquer lunettes, casquettes, crème solaire, tongs, maillots de bain, seau, pelles, râteaux, serviettes de plage et chemises de nuit...

Non je ne suis personne, juste celle qu'on ignore résolument de la dernière montée dans le train jusqu'au prochain retour...

Je ne suis personne, juste celle que l'on contourne dans la liste de ceux dont on demande des nouvelles...

Je ne suis personne, juste celle à qui on ne fait pas de dessin, la seule, pour Noël et les diverses fêtes...

Je ne suis personne, juste celle qui doit être invisible et muette durant les visioconférences...

Alors oui, je suis aussi celle qui négocie peu avec la bonne tenue à table, la sécurité sur la plage et les bons résultats à l'école, sans doute parce qu'on m'a élevée comme ça, qu'on m'a élevée pour que partout je sois à l'aise et que je fasse honneur aux miens.

Alors oui, ça n'est pas votre façon...à vous tous, je ne suis pas celle que vous attendiez, celle que vous espériez...

Vous avez gagné Madame Mère, je déclare forfait, quelques temps du moins parce que ça fait mal ces affronts les uns derrières les autres, dans le silence parce que je ne suis rien, ni personne...juste celle qu'on affuble de si jolis surnoms que l'on apprend aux enfants, la seule chose qu'on leur apprend d'ailleurs...

Vous avez gagné Madame mère, je me désintéresse de l'histoire, désormais je rapatrie mes préoccupations sur les voix qui me sont familières tout au long de l'année...

Vous avez gagné Madame Mère, je n'adresserai plus à mes amies mères de famille les plannings d'été aux codes couleurs que j'élaborais soirées après soirées à coups de pique niques, feux d'artifice, musées et parcs d'attractions, pour faire de leurs vacances une perpétuelle fête...

Vous avez gagné Madame Mère, je ne suis rien, ni personne et vos princesses passeront leurs vacances surtout avec leur Papa ...et moins avec celle qui n'est rien ni personne...mais ça sera plus court, beaucoup plus court.

Vous avez gagné Madame Mère, tout ça ne me concerne pas et ne me regarde pas et je n'y participerais plus en rien...

Vous avez gagné Madame Mère...je ne suis pas sûre que vous ne soyez pas la seule à en tirer avantage...
pour satisfaire votre ego...
pour vous garantir une exclusivité qui est naturellement votre et que je ne vous disputais pas...
pour compliquer une vie qui se conjuguait à 4, quelques mois par an et qui désormais restera un paisible duo...on sera 4 de temps en temps mais je n'y serais pour rien.

Parce que je suis un être de chair et de sang et pas une machine que l'on allume et que l'on éteint, je vais me protéger...

Je serais spectatrice, ni initiatrice, ni organisatrice, pas même figurante, juste spectatrice concentrée sur mon couple et uniquement sur mon couple...je vais désormais user de mon droit de retrait et de garder le silence...

Je ne garderais au fond de mon coeur, bien cachée dans les replis de ma tendresse, que cette complicité que vous interdisez.

 

                       photo--8-.JPG

 

La parole  est à Madame Mère :

Un jour, nous avions envisagé avec @MarieShani d'écrire un billet à 4 mains. Elle sur son ressenti de belle-mère (dans le sens où elle a les enfants de son mari) et moi, dans le ressenti de mère célibataire qui voit la Schtroumpfette partir en week-end et/ou vacances avec la "gonzesse" de l'Ex.

Pour l'heure, je ne me résous pas à appeler "belle-mère" la gonzesse de l'Ex. Peut être dans quelques années, je le ferai.

Pour le billet de @MarieShani, il faudra aller ici fidèle lecteur, ou sur le billet suivant sur lequel je publierai, avec son accord, son ressenti.

Désormais, c'est à moi de m'essayer à cet exercice, mais de l'autre côté de la Barre....

Je suis Madame Mère et à ce titre, il y a des règles à respecter.

Toi tu es le père, tu vois ton enfant le week-end et pendant les vacances.

Tu prends la Schtroumpfette en présence de l'Autre, l'emmène à droite à gauche, chez les parents de l'Autre.

Pourtant, l'Autre n'est rien à mes yeux. C'est une réalité. En tous cas, pour l'heure, et par rapport à ma fille, elle n'est personne. Peut être le deviendra-t-elle avec le temps. On verra.

C'est moi qui élève, seule, la Schtroumpfette, qui l'éduque, lui apprend les bases et fondements de ce qu'elle deviendra, la nourris tous les jours, surveille son alimentation, fais en sorte que tout aille bien, s'inquiète au moindre coulement de nez, au moindre bleu, à la moindre bosse.

C'est moi qui suis également la marâtre pas gentille, punissant les bêtises, menaçant l'enfant lorsqu'elle n'écoute pas (ou tente de tenir tête à ton autorité).

C'est moi qui me farcis les allers-retours à l'école, tous les jours, les discussions avec d'autres parents, les questions aux maîtresses, les inscriptions au centre aéré, les démarches en général liées à l'enfant.

C'est moi qui cours chez le pédiatre pour les visites de "contrôle" ou pour les petites maladies.

C'est moi qui gère les crises de nerf, les crises de fatigue, les cauchemars et hurlements dans la nuit, les réveils tôt le matin.

C'est moi qui au quotidien, apprends à l'enfant que non, on ne dit pas "ouais", on dit "s'il te plaît" "merci", on est poli, on ne montre pas du doigt....

C'est moi qui gère tout, jour après jour, cumulant la course frénétique du matin pour le dépôt à l'heure à l'école, la course jusqu'au boulot et ses journées chargées, la course le soir pour récupérer l'enfant à la garderie à l'heure.

Je comprends la douleur du père de ne pas avoir son enfant au quotidien. Mais, le connaissant, je sais qu'il n'en ferait pas autant.

Sa place est d'autant plus confortable que n'ayant l'enfant qu'un weekend end sur deux, et pendant les vacances scolaires, l'éducation n'est pas la même, le rythme n'est pas le même. Il a l'enfant pour les loisirs quasiment uniquement.

Quand je récupère la schtroumpfette, elle est fatiguée, elle est coriace, n'écoute rien, n'est pas polie, tente de tenir tête à l'autorité que je suis.

Quand je la récupère, tout est à refaire....

Pire, toi, l'Autre, quand tu joues à la poupée avec la Schtroumpfette, je n'aime pas. Ma fille est une enfant, pas une poupée à qui l'on vernit les ongles, à qui l'on pose de fausses boucles d'oreilles, à qui l'on fait faire n'importe quoi.

Pire, toi l'Autre, quand tu apprends des termes et expressions vulgaires à la Schtroumpfette, alors que du haut de ses 3 ans et demi elle a besoin de construire son langage correctement, je n'aime pas du tout.

Pire, toi l'Autre, quand je sais que tu prends la Schtroumpfette dans tes bras parce que, soi disant son père ne peut le faire, j'ai les poils qui se hérissent tout seuls.

Pire, toi l'Autre, quand ma fille me parle de toi, je feins d'ignorer qu'elle connaît ton prénom.

Pire, toi l'Autre, quand tu présentes ma fille à tes parents, qu'il l'accueille, lui offrent moult cadeaux, j'ai des envies qui ne peuvent être écrites ici (mais que l'on peut bien imaginer cependant).

Pour l'instant, l'Autre n'est rien à mes yeux, sauf une source d'emmerdements.

Je sais que cela évoluera avec le temps et surtout si l'Ex reste avec cette personne, que je considérerai très certainement comme la belle-mère de la Schtroumpfette.

Soyons réalistes, il y aura toujours des choses qui n'iront pas et que je n'accepterai pas, mais je ferai avec (je tenterai même de ravaler mes réflexions.... ça ce n'est pas gagné quand même).

Parce que, pour être tout à fait honnête, les familles recomposées je connais. C'est mon beau-père qui m'a élevée (le pauvre ....) jusqu'à ce que je quitte la demeure familiale et je l'ai toujours considéré comme mon père.

Parce qu'il a subi les crises de larmes d'enfant, les maladies, les crises d'angoisse, les cauchemars, les crises d'ado, tout quoi.

Parce qu'à partir du moment où un adulte entre dans la vie d'un autre et que des enfants sont d'ores et déjà présents, il faut composer avec.

C'est dur, je le conçois, et évidemment j'ai l'autre côté de celui de @MarieShani...

Grâce à son billet et son ressenti, je vais apprendre à tempérer pour peu que l'Ex reste avec l'Autre....

 

Pour toi Madame Mère, pour toutes mes copines qui sont des mères formidables et pour la mienne que j'aime au delà de ce que je peux exprimer, pour les larmes que je vous dédies cette fabuleuse chanson !

               

             

 


 

 




 

 

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 17:59

 

 

                                       photo--4-.JPG

C'est l'heure du thé et pour un dimanche de grisaille c'est parfait !

Cookies:
70 gr de beurre ramolli
130 gr de sucre blanc ou brun
1 œuf
10 gr de vanille en poudre ou un sachet de sucre vanillé
1 fève tonka râpé
1 cuillère à café de levure chimique
220 gr de farine
1 tasse de raisins secs jaunes

Mélanger le sucre et le beurre ramolli au fouet, y ajouter la vanille ou le sucre vanillé,

Râper sur le mélange une fève tonka et rajouter l'œuf en mélangeant à nouveau.

Rajouter en dernier la levure et la farine.

 
Bien mélanger le tout pour que ce soit homogène, une fois la pâte bien lissée et qu'elle se détache du récipient ajouter les raisins secs en continuant de tourner.

Faire préchauffer le four 10 minutes à 180°C et déposer des boules de pâtes aplaties sur une feuille de papier sulfurisé posée sur la plaque à pâtisserie ou la lèche-frite.

Faire cuire pendant 10 à 12 minutes selon la grosseur des cookies, sortir du four encore mou et laisser refroidir avant de servir.

Pour le doudou je les ai servis avec une coupelle de crème anglaise.

Crème Anglaise:

6 jaunes d'oeufs battus avec 150 gr de sucre et 10 gr de vanille moulu ou un sachet de sucre vanillé.

 
Délayer ce mélange dans 1/2 litre de lait et faire épaissir au bain-Marie (dans une casserole posée dans une autre casserole d'eau bouillante) tout en tournant avec un fouet quand le melange commence à napper (épaissir), retirer.


Servir très frais.

Repost 0
mademoisellepioupiou - dans Cuisine
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 14:28

 

                                    traversee.jpg

-50/5
Là, je vais être acerbe, mais ça ne mérite pas mieux !

Michael Youn s'est fait connaître en exhibant son fondement glabre dès potron minet...il aurait du s'arrêter là ça lui correspondait parfaitement et nous ça nous aurait épargné de devoir nous cogner à lui de plus en plus souvent.


Il est particulièrement difficile de l'éviter, il a su certainement intégrer le bon réseau d'amis celui de la gouaille et de la vulgarité, celui qui roule en Porsche jaune plutôt qu'en Daimler.

Tout est toujours dans l'outrance avec lui même quand le personnage est outrancier, il va trop loin et quand c'est un rôle tout en désespoir et bien on y croit pas... !

Jean Dujardin qui lui aussi a débuté comme un amuseur public et bien dans "Contre enquête" on y croyait, là non on y croit pas, ni  à son désespoir et ni à son questionnement.

Les images sont magnifiques, c'est bien ça fait une belle carte postale au moins !

Tout est cousu de fil blanc, impossible à croire, improbable, tout sonne faux.

Le personnage de Youn prend des postures inappropriées avec le contexte de l'histoire, ça sent le carton pâte ça veut imiter un certain cinéma suédois mais c'est loin de recréer de l'ambiance lourde de suspicion de Millenium ou de Persona, là c'est seulement lourdingue comme tout ce que fait Mickael Youn !

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 14:27

 

                                         amour.jpg

 

Bon je suis très embêtée parce que tout y était pour que je déteste, Haneke que je n'apprécie pas particulièrement pour rester soft.

Le seul que j'avais aimé c'était La Pianiste...mais ça ne compte pas je suis raide dinge de B. MAGIMEL, sil faisait des pubs pour les couches culottes, j'en aurais un placard !

Je disais tout y était pour que je déteste, Cannes, les Césars or en me forçant à regarder parce que je voulais écrire ce billet, je me suis surprise à apprécier ce film pire à avoir envie de le garder.

 

La présence magistrale de Jean-Louis Trintignant ne doit pas y être étrangère.

Je n'ai pas vu le génie d'Emanuelle Riva qui imite bien mais qui imite bien seulement, vraiment celui qui draine toute la lumière, c'est lui comme d'habitude, il est époustouflant cet homme là, elle, elle imite bien, je sais je suis dure avec elle sans doute le contraste qui n'est pas à son avantage.

C'est un peu lent comme la déchéance mais c'est tellement fort dans les sentiments, à la fois tellement dur et tellement doux, ça donne envie d'être aimé comme ça !

J'ai beaucoup aimé ce film, que vous vous en doutez...j'ai regardé seule. (non ça n'est pas sexiste...si ?...un petit peu ?...) 

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 14:25

Oui, je sais ça date mais je l'avais raté et...j'aurais du continuer car 15 minute après le début du spectacle on a toujours pas le spectacle que l'on est venu voir, c'est a dire celui d'une humoriste.

J'étais une inconditionnelle de l'artiste mais bon ces deux dernières prestations m'ont déçues (Holiwoo) enfin déçue celui-ci commence à peine ou plutôt non, peine à commencer.

Je ne sais pas qui la conseille dans ses choix artistiques mais il faut changer de toute urgence !

Le spectacle commence et finalement la grâce j'ai l'impression qu'elle ne l'a plus, ses tirades font peut être rire un carré d'or parisien...et encore !

Tout au long du spectacle, il y a des dizaines de minutes de cabaret bas de gamme...en fait ça n'est pas un spectacle de Foresti, c'est en réalité une émission de Maritie et Gilbert Carpentier formatée pour TF1, entre des digressions musicales minables et inutiles il y a quelques sketchs moins d'une heure en fait et ça n'est pas bon.

Donc il faudrait s'y remettre Mme FORESTI, lâcher le cinéma où l'on vous fait faire des conneries ces derniers temps et reprendre la plume et le chemin des planches, les vraies, où là vous retrouverez mieux votre ton et pourrez nous ravir pour mieux revenir à un cinéma de qualité, s'il en reste, mais vous n'êtes pas la seule...Mr BOON aussi ça serait bien qu'il retrouve un brin d'authenticité sur les planches !

Repost 0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 11:31

 

 

                 Camille-redouble.jpg

-60/5 (si c'est possible, la preuve) L'affiche est une forfanterie de plus ! 

On ne se sent ni bien ni mal...on se decorpore tellement on s'y ennuie, rien d'éclatant ni de comedie ou alors il faut un adjuvant sur un buvard !

Décidément je n'ai pas de chance...
 

C'est tellement mauvais que j'ai pensé être sous le coup d'un accident vasculo-cérébral, ce thème avait déjà été exploité, il y a plus de 20 ans dans un film qui a lancé Tom Hanks et été repris de nombreuses fois avec plus ou moins de bonheur...

 

Je ne t'en parle pas plus sinon c'est du spoil et j'ai horreur du spoil, synopsis et compagnie parce que si c'est pour faire ici la succursale indépendante d'Allo Ciné, ça n'est pas la peine.

Ici, je te parle de ressenti sans te dévoiler l'histoire car il n'y a rien de plus énervant que d'attendre à l'image ce que l'on a lu auparavant !


Revenons au film, cette réalisation arrive à rendre ultra chiant un thème qui serait plutôt celui d'une comédie et surtout que l'on ne me dise pas que c'est justement le génie du truc d'interpréter d'une manière dramatique une situation comique...non il ne faut pas confondre talent et errance !

 

Le voyage est raté, tu ne pars pas avec le truc, tu te demandes sans arrêt quand est ce qu'on descend !


Sans que ça soit de la grosse bidonnade, l'humour peut être fin et portant à la réflexion, ici ça n'est même pas attendrissant, c'est pénible et lourdingue

On y voit une Yolande Moreau que j'adore habituellement, transfigurée et que j'ai peinée à reconnaître tant elle y est transparente, soit elle n'a pas trouvé sa place, soit elle a été bridée...

Même la présence de Podalydes, ne te fait pas décoller !

Le problème avec le monde du spectacle c'est que toi quand tu veux remercier quelqu'un qui t'a fait une gentillesse, tu lui fais livrer des fleurs ou des chocolats, tu l'invites à dîner tu n'obliges pas la nation tout entière à se taper ta cuisine insipide ou ton vin madérisé ! 


Quand à l'héroïne et réalisatrice Noémie Lvosvsky qui est aussi mauvaise dans les deux fonctions, elle est insupportable, la seule crédibilité du personnage, c'est qu'elle boit comme un trou et ça c'est totalement crédible, pour oublier peut être ?

Ce genre de films m'exaspère car il me donne des pensées machistes et sexistes et pourtant je l'ai regardé un 15 février (poke @PY_P !)

J'ai quand même réussi en 2 films à me taper les deux écueils du cinéma français qui ont pour points communs une absence totale de talent et le recours au clientélisme et au copinage.

La différence  réside dans le fait que ce sont deux bandes opposées mais tout aussi puissantes. Elles fonctionnent selon les mêmes rouages "quasi mafieux". Sans leur accréditation nul salut ou presque !

D'un côté, les pseudo intellectuels qui nous effondrent avec leur vague à l'âme prétentieux et élitiste et de l'autre celle du nivellement par le médiocre et le lourdingue.

Ici on est définitivement chez les premiers tentant de nous interpeller avec une réflexion ratée sur les remords et les regrets...ça me rappelle le théâtre subventionné qui souvent regarde de toute sa vacuité pédante l'autre théâtre en oubliant qu'ils ne peuvent être à la fois sur et face à la scène, ces gens là sont leur seul public et nos subventions leurs permettent de l'oublier ! 


Entre ses deux écueils...rien ou presque en France, en 3 mois je n'ai vu qu'un film attendrissant, plaisant, ça n'est pas un chef d'oeuvre mais tu n'en ressors ni comateux, ni enragé, il est là le billet pas loin, je te le mets ce soir ou demain..

 

Et nous en France ce genre de triste spectacle insipide...on les nomine...au Festival de Cannes, aux Césars et on s'étonne que pour faire le Buzz, il faille de la star demi topless ou seulement vétue de son épilation intégrale ?

Je ne me suis pas fait que des amis là...tant mieux !

Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 14:26

 

                                                      asterix
 

-50/5

Malgré le florilège d'acteurs ou comédiens connus c'est un naufrage, on se demande comment après avoir visionné le film, les attachés de presse ont pu se motiver pour faire la promotion de ce navet incommensurable, des stimulants peut être.


On a l'impression que la plupart des personnages sont soit anesthésiés soit en pré-coma tellement leur jeu et leur discours sont plats.


Les scénaristes ont mélangés plusieurs BD d'Asterix croyant obtenir plus de matière ou plus d'effet comiques, peine perdue rien n'y est ni les valeurs qu'incarne habituellement les deux héros, loyauté et franchise, ni les clins d'œil à l'histoire.


Depardieu y est mauvais mais ça n'est pas une découverte, Deneuve n'arrive évidemment pas à incarner ce flegme caustique si britannique.

 

E.Baert incarne un Astérix précieux... Il n'y a guère que V.Lemercier et Guillaume Gallienne qui arrivent à soutenir un semblant de ressort humoristique.


F.Lucchini y est totalement sans relief tout ce qui fait de lui un interprète d'exception y a été gommé.


Je préfère éviter de parler de la pitoyable apparition de Danny Boon qui dieu merci ne fait que quelques minutes !

Ils sont même allé jusqu'à y mettre une participations des BB Brunes pour tenter de ratisser large...et la mozarella di buffala, le piment d'espelette et du nougats beurre salé c'était pas possible pour endre le truc un peu plus hipster ?

Ça n'est pas une adaptation, c'est une trahison, un travestissement, une félonie et ça devrait mériter le pilon ! 

Et cette vaste fumisterie a été financée à hauteur de 11 millions d'euros, souhaitons que ça ne soit en aucun cas exporté car la médiocrité de ce film devrait être classé secret d'état tellement c'est honteux.

Et pour pouvoir vous donner cet avis, j'ai entrainé le Doudou dans cette déchéance mais chut...il a honte, il ne veut pas que ça se sache !

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 18:38

 

Kevin m'a demandé de livrer quelques une de mes recettes de cuisine et avant de lacher mes recettes secrètes de familles comme je sais qu'il aime le poisson cru... 

 

Si tu aimes le saumon cru et si tu en as marre de te ruiner au rayon traiteur sous vide de ton magasin préféré, je vais t'expliquer comment faire du Saumon Gravlax pour trois franc six sous.

Tu pourras le servir en plat principal avec des pommes de terre à chair ferme cuites à la vapeur et juste un filet de très bonne huile d'olive (par exemple celle de Nyons ma préférée) SUR LES POMMES DE TERRE pas sur le saumon (Poke Patrick CADOUR), en entrée avec de bonnes tranches de pain au levain comme ici 

 

        photo--3-.JPG

Ou même dans une verrine en prenant soin de découper les tranches en petits cubes tu peux superposer des cubes de saumon de concombre dégorgés, et de mangue...c'est bon et joli à regarder !

 

Moi je te donne la recette pour un plat principal pour 4 personnes à toi de moduler les quantités en respectant les proportions en fonction du moment du repas où tu le propose (apéro, entrée ou plat de résistance)

 

Ingrédients :

- 400 gr de filet de saumon (des pavés à condition qu'ils soient de bonne qualité et dépecés)

-1 cuillère à soupe de fleur de sel

-1 cuillère à soupe de cassonade

-1 cuillère à soupe de baies roses

-1 cuillère à soupe de poivre du sichuan

-1 cuillère à soupe d'aneth ciselé (si tu n'aimes pas l'aneth tu réduis, voir tu supprimes)

Dans un bol tu piles les baies roses et le poivre du Sichuan, tu mélanges la poudre que tu obtiens au sel et au sucre, tu rajoutes l'aneth ciselé, tu réserves.

Et là tu as le choix soit tu laisse le pavé entier mariner dans ce mélange au minimum deux jours et tu éminces pour servir, soit tu l'eminces avant de le mettre à mariner et là quelques heures de marinade suffisent.

Il va falloir émincer le saumon dans le sens de la longueur de manière à faire des tranches dont l'épaisseur est entre celle du carpaccio et celle des sashimis, environs 1,5 à 2 mm d'épaisseur.

Pour que ça soit plus facile, tu peux laisser tes filets une demi heure au congélateur ou alors directement les acheter congelés, l'important c'est que le saumon ne soit pas trop gras et qu'il soit bien frais.

Chaque tranche découpée, tu la trempes dans le mélange précédent comme pour une panure puis tu la disposes soit dans un récipient que tu peux fermer, soit dans un plat que tu recouvres de film étirable.

Tu réserves au réfrigérateur et tu sers frais.

L'idéal étant de le laisser mariner au moins 4 heures, plus tu le laisses mariner mieux c'est dans la limite évidemment de la conservation du poisson !

 

Repost 0
mademoisellepioupiou - dans Cuisine
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 13:04

Du plus loin que je me rappelle, c’est doux pour le corps et pour l’âme.

 

Quelques souvenirs de mes premier pas à Paris entre la rue Chardon Lagache et les lourdes tentures de l’avenue de Montespan, les repas colorés du dimanche mon Pollux sous le bras.

 

Mais plus précisément entre 3 et 6 ans, c’était les années 70 et ELLE avait la trentaine, c’était les années Flowerpower et c’est cette image là que j’ai d’ELLE, instinctivement...

 

… ses combinaisons en jersey aux motifs psychédéliques, cette masse de cheveux blonds dont une boucle lui cachait presqu'un œil, des grands médaillons ou parfois une grosse boucle de ceinturon…

 

…l’odeur de son parfum lorsqu’elle me serrait contre elle, comme des vagues de bien être...

 

Le souvenir de son chicken frye au maïs dans la grande maison de la forêt, bien avant que cela ne devienne up.

 

Quand ELLE m’apprenait à chanter Yellow submarine alors que je savais tout juste marcher…quand ELLE m’apprenait à danser sur tous les standards des Beatles et le générique de Thierry la Fronde et qu’elle m’apprenait à écouter sur les albums des Pink Floyd…

 

Avec ELLE, j’ai vénéré James Dean, Paul Newman, Clint Eastwood, Henri Fonda, Robert Redford et Steve Mac Queen…j’ai vu tous les spaghettis western à l’heure où l’on s’en tient aux Aristochats.

 

ELLE m’a donné le goût du Jazz entre pénombre enfumée et chuchotements, celui des ballets de Tchaïkovski et autres Coppelia, celui de Mozart et l'opéra, du théâtre, des musées...

 

Quand je la regardais fascinée jouer du piano et plus tard quand elle me regardait en secret, quand elle m’aidait à lacer mes pointes...

 

Quand elle graissait le cuir de mes bottes cavalières, quand elle consolait mes premières peines, quand dans ses yeux je lisais toute la confiance du monde…

 

ELLE m'a donné le goût de la liberté et de la tolérance mais aussi celui des convictions.

 

Guissény, les pentes enneigées des Savoies, Catolica, Cauterets, Fréjus…les haltes traditionnelles de la famille enfin réunie.

 

Ses grandes lunettes de soleil des années Joplin, mon mange disque orange, Joe Dassin et la Plage des Esclamandres...

 

Quand on parlait en faux russe en rentrant du yoga, nos fous rires aux petits pains au lait de la Place Bellecour.

 

Quand elle m’attendait aux bas des pistes emmitouflée et planquée derrière son gros bouquin…

 

Et toutes ces années où sa vie a tourné autour de la mienne…

 

Alors à l’heure où tout s’efface, on me dit de ne pas vivre dans le passé mais c’est là que je vais puiser mes forces et mes rêves.

 

Ma jolie petite Maman...

 

                   ELLE

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de mademoisellepioupiou
  • Le blog de mademoisellepioupiou
  • : Du blabla, des moments de tendresse, des énervements, du soleil et surtout du bon vivre
  • Contact

Recherche